Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog du Gâteau Se©
  • : Le Blog du Gâteau Se© résume toutes les parutions que j'ai pu commettre sous le pseudonyme de Prince de Lu. Des liens vers mes chroniques, live reports, interviews.
  • Contact

Bienvenue

Pour être au courant des publications de nouveaux articles  sur ce blog, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter. Ne croyez pas qu'elles seront très nombreuses, le temps manque toujours, surtout pour rédiger. Et pourtant il y a tellement de choses à discuter. Et j'espère que nous pourrons trouver ici un espace d'échange convivial à propos de musique, et uniquement de musique...

Rechercher

Liens



Retrouvez mes ventes sur le forum de VS

Archives

14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 23:54
slavia-strengthandvision.jpg Sauron
For a Dead Race
Neurotic Records, 2004

5.jpg


Récemment, j'ai constaté sur le forum de VS qu'il est toujours bon de raviver les souvenirs les plus doux, que quelqu'un est toujours là pour découvrir un opus qui paraît parfois évident. Devant la facilité d'accès actuelle à une masse de sorties, on ne prend finalement plus la peine de parler des albums, vieux ou moins vieux, qui nous ont marqués. Alors, après l'excellent The Art of Dreaming de Golden Dawn (qui ne sera jamais assez cité), je vais tenter de causer d'autres albums, plus ou moins connus. C'est du vite fait sur mon blog, juste histoire de déflorer le sujet et de vous inciter à écouter par vos propres moyens. Je vais aussi tenter d'en profiter pour raviver un peu ce blog (qui n'a jamais été vraiment actif, je l'avoue. Mais bon, c'était pas prévu pour faire du chiffre). La motivation est là, espérons que le temps le soit aussi.

Alors hop, je me lance sur un album qui vient de temps à autre noircir ma platine. C'est pas du tout vieux, et j'en ai même fait une courte chronique sur VS à l'époque. Bon, ce sont mes débuts de scribouillard, donc pas une chronique dont je suis fier aujourd'hui. Mais elle a le mérite d'aborder en bien ce très bon opus, qui n'a manifestement bouleversé personne vu le faible nombre de retours. Avec le recul, je conforte ma note. For a Dead Race a bien mérité son 15,5/20, bien tassé.

De Sauron, je ne savais rien avant de recevoir ce promo. Ensuite, j'ai investi. Sauron, c'était du groupe qui tabasse. Avoinage dès les premières notes du MCD True Hate Embodiment (mazette, quelle pochette). Avoinage también tout le long de Universe of Filth. Des trémolos déroulés à toute blinde, dans un black brutalisant qui aère ses blasts sauvages de quelques parties plombées bien senties. Un black déjà bien chiadé, mais qui a encore un côté trop traditionnel pour se démarquer et marquer les mémoires, malgré les hurlements très death du guitariste pseudonommé Eclipse et les mélodies fort bien trouvées.

Et tout s'éclaire vraiment avec For a Dead Race. Ou plutôt, Sauron trouve la production qui lui faisait défaut jusque là pour enrober son art. Le quartet batave reprend la route du Double Noise Studios, mais fait cette fois masteriser son album par Harry Wijering à The Harrow. Le MCD avait déjà subi ce mastering, mais le matériau issu du studio n'avait peut-être pas permis d'obtenir le résultat souhaité (manque d'expérience notable). Cette fois, c'est la bonne. Bon, balancé comme ça, "Harry Wijering" ça sonne juste exotique. La perspective change un peu quand on sait que le gusse était aux manettes de The Rack d'Asphyx en 1991, aux manettes de Last One on Earth ou God Cries des presque mêmes Asphyx, aux manettes de l'album des "encore-plus-presque Asphyx" Soulburn, et qu'il s'est aussi permis du Cirith Gorgor et du Melechesh. Du coup, dans les mains de Wijering, Sauron franchit au mastering le fragile filet de sécurité qui les sépare d'un son juste cracra comme il faut. La voix d'Eclipse prend tout son ampleur. La batterie tabasse, les grattes forment un tapis suintant et dégueulasse. Gras.

Si la production m'avait moins interpelé en 2005, elle m'a depuis convaincu. Le genre de black enrobé de graisse de moteur que j'aime à écouter tout nu les soir de pleine lune. Niveau compo, Sauron ne lève que légèrement le pied. Ça blaste bien comme il faut. Ça envoie des riffs en usant en un titre le médiator autant que My Dying Bride l'use en douze albums joués d'affilée. Agressif, mais avec des passages qui provoquent le dodelinement du chef appréciable. Oui, ça claque. Cet album de Sauron ne sera jamais cité dans les grandes perles du black, mais il me plait décidément beaucoup. Suffisamment intense et bien ficelé pour en re-causer après que tout ce sang menstruel ait coulé.

The Channeling Void, l'ultime opus du combo paru trois ans plus tard (en 2007, donc), sera trop porté vers le black orthodox pour être honnête. Sauron aura perdu sa flamme et s'éteindra l'année suivante. Leur moment de gloire restera à mes oreilles For a Dead Race. Brutal, sauvage et bestial. Une déclaration de guerre à qui a pu l'entendre. Les extraits sont encore en ligne sur le site oueb du combo, faites-vous une idée. Beuarrrr!!


Tracklist (39:23)
1 - For a Dead Race (5:16)
2 - Salvation's Call (3:56)
3 - The Pestilencial March (4:22)
4 - Scars of Existence (3:24)
5 - Anima Mundi (4:50)
6 - Pray to Destruction (5:07)
7 - Deliverance in Blood (4:54)
8 - Dominions of the Past (3:34)

Site officiel: http://www.saurondeathsquad.com
Partager cet article
Repost0

commentaires

Téta 18/11/2011 00:58



Cool le blog reprend vie :)



Articles Récents