Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog du Gâteau Se©
  • : Le Blog du Gâteau Se© résume toutes les parutions que j'ai pu commettre sous le pseudonyme de Prince de Lu. Des liens vers mes chroniques, live reports, interviews.
  • Contact

Bienvenue

Pour être au courant des publications de nouveaux articles  sur ce blog, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter. Ne croyez pas qu'elles seront très nombreuses, le temps manque toujours, surtout pour rédiger. Et pourtant il y a tellement de choses à discuter. Et j'espère que nous pourrons trouver ici un espace d'échange convivial à propos de musique, et uniquement de musique...

Rechercher

Liens



Retrouvez mes ventes sur le forum de VS

Archives

18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 23:00
     Kroda

Fimbulwinter
Hammermark Art, 2007



Le front de l'Est fait rugir un de ses meilleurs porte-étendards. Kroda est de retour, avec un véritable album prêt à prendre la relève des deux opus essentiels Cry to Me, River... et Towards the Firmaments Verge of Life... et des deux splits (dont le Kroda/Velimor traité sur ce blog et glissé dans le prochain HRM). Signe des temps, c'est directement chez le label allemand Hammermark Art que sort cette nouvelle offrande du duo ukrainien, label qui avait déjà réédité les précédents opus en 2005. Cinq titres (dont une reprise du "A Stormride" de Branikald) pour cinquante-cinq minutes de pagan slave.

Après quelques écoutes, je dirai que cet album est peut-être un peu moins pagan que les précédents. La part belle est faite aux rythmiques agressives et aux élans de double. Néanmoins, la traditionnelle flûte, le sopilka, est bien de retour pour enchanter nos oreilles de ses mélopées, accompagné d'une guimbarde magique. Moins structurante, elle joue toujours un rôle de premier ordre. Le mélange entre les instruments est savamment dosé et chacun prend une place importante sans écraser les autres. A ce niveau, des passages comme le changement de rythme dans la partie centrale de "Where Brave Warriors shalt meet Again" sont excellents et les changements de riffs bien pensés. Kroda, c'est toujours la grande classe au niveau composition. Les titres sont rentre-dedans et efficaces, portant des thèmes mélodiques entrainants. Bref, bien bonne accroche à ce nouvel album qui s'écoule impeccablement. Le reprise de Branikald est parfaitement intégré au reste des titres, montrant une nouvelle fois (après l'excellent "Jesu Død") que le duo ukrainien arrive à s'imprégner des morceaux des autres et en faire des titres personnels.

La production est moins roots que dans les précédents opus et les basses font une avancée dans le mix. Le grand gagnant est le batteur dont les excellentes parties de double ressortent vraiment bien.  La basse prend aussi plus de place, se mettant au niveau des guitares. Comme je le disais, l'harmonie entre les instruments est parfaite. Il ne reste plus qu'à la voix black de Eisenslav d'apporter sa caution de douleur et de souffrance.

Y'en a-t-il dans la petite assistance parcourant ce blog qui n'ont pas compris que cet album était excellent? En plus, le digipack est très beau (tout de bleu vêtu, ça change du marron automnal). Je ne vois aucune raison, je dis bien aucune, de ne pas investir dans cet opus. L'hiver frappe à la porte!! Laissez-vous gagner par l'hypothermie.

Tracklist (55:10)
1 - The Beginning of Winter Night, of Oskorei (11:43)
2 - Glacial Riders of Fimbulwinter (12:09)
3 - Where Braves Warriors shalt meet Again (8:56)
4 - Funeral of the Sun (10:58)
5 - A Stormride (Branikald cover) (11:24)

Site officiel: http://kroda.com.ua
Profil MySpace officiel: http://www.myspace.com/krodaband
Partager cet article
Repost0

commentaires

ZeSnake 09/09/2007 18:09

Totalement d'accord avec cette chronique. Excellent découverte pour ma part, il sera certainement dans mon top 5 de l'année 2007. Grand groupe, tout comme leurs compatriotes de Drudkh dans le même style (je préfère même d'ailleurs Kroda).en revanche le profil myspace n'existe plus :(

Lucifer's call 06/07/2007 16:27

Je suis on ne peut plus en accord avec la chronique.
Les compositions de cet album ainsi même que la totalité de celles du groupe au fil de sa carrière sont tout bonnement excellentes.
Fimbulwinter se révèle être un pur joyau de black metal oriental (pour ne pas dire "slave") aux rythmiques brutales et énergiques à souhait dans les parties enragées, vindicatrices mais mid-tempo pendant les parties plus apaisées, calmes, où la douceur et la contemplativité de la sopilka se mèle à merveille aux rythmes des percussions.
Le jeu de sopilka est enjoué mais pas festif, très prononcé, et vient souvent rompre soudainement l'ambiance des parties "black" où les riffs de guitare électrique et les rythmiques confèrent une ambiance sonore flamboyante d'agressivité et de pesanteur qui reste "humaine" grâce à la très bonne qualité de composition et de production.
Il faut dire aussi que les riffs de guitare électrique sont bien saturés, rapides, mais sont d'autant moins sacadés qu'ils sont virevoltants ou amples et pesants.
Pour Fimbulwinter, Kroda a fait aussi un plus grand effort sur les solis de guitare. En effet, on en trouve plus (surtout vers les 3/4 dans la durée des titres concernés) que sur les précédentes oeuvres et qu'ils rendent bien dans le tout ! Ils sont bien "appuyés", plutôt "chaotique (entendons qu'ils sont très rapides et donnent juste l'impression d'être incohérents) mais sont en revanche clairs (comme le son "heavy" sans le jeu propre à ce style) et "poussés à bout de l'âme" (ou presque).
Les vocaux sont très expressifs, plus de style "parlés" que "chantés", mais très bien "caractérisés", surtout dans les instants les plus "criés" où ils se trouvent bien "émotivés", légèrement criards. Toutefois, dans l'ensemble, ils restent assez grave et bien "grattés" sans qu'ils soient trop "inhumain" néanmoins.
C'est ce que j'aime beaucoup chez Kroda, cette alternance entre black brutal et folk contemplatif (tantôt enjoué, tantôt nostalgique et mélancolique). Oui, j'aime cette dualité entre rage de vaincre et désir de vie. Je dis cela également car ces deux aspects ne se confondent pas, ou que très rarement, ce qui me plaît beaucoup.
La seule "chose" qui traverse cette dualité, c'est cette sorte d'essence divine que l'on peut entendre, en arrière-plan du tout, comme une harmonisation de voix féminines douces et cristallines (pour ne pas dire "célestes").
Voilà, je crois que c'est tout ce que je peux présenter en guise d'analyse de cet album immersif, plein de rage et de beauté, qu'est Fimbulwinter,dernier album en date de Kroda, dont leurs précédents albums "transportent" tout aussi bien, mais peut-être pas de manière aussi "équilibrée" que celui-là. Fimbulwinter est pour moi le plus abouti de leur discographie.
Alors, amateurs de black metal païen ukrainien, de musique folk et ambiante, Fimbulwinter est fait pour vous ! Achetez cet album (après l'avoir téléchargé) est une nécessité, surtout pour le formidable travail effectué au niveau du digipack (le contenant du CD et le livret en vous ferons pas regretter l'achat). Mais la musique de Kroda relève du grand art black metal ! Bonne découverte à vous !

Hoover 02/04/2007 12:11

J'avoue, juque là je n'étais pas totalement convaincu par Kroda. J'y voyais un côté banal, pas très palpitant pour ne pas dire scolaire. Et ce même si la reprise de Burzum sur le split avec Velimor (chroniqué ici par sa seigneurie chocolatée) m'avait quand même foutu une grosse baffe avec une version que je trouve meilleure que l'originale.Cet album a réussi à dissiper une bonne partie de mes doutes. Je ne serai jamais le plus grand fan de ce groupe (qui me procure il faut bien le dire autant d'émotions qu'une émission de Michel Drucker) mais difficile de ne pas s'incliner devant une chanson comme "...Where brave warriors shalt meet again".Loin du titre de plus grand groupe de la scène de l'est, mais un album à connaître.

Articles Récents