Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog du Gâteau Se©
  • : Le Blog du Gâteau Se© résume toutes les parutions que j'ai pu commettre sous le pseudonyme de Prince de Lu. Des liens vers mes chroniques, live reports, interviews.
  • Contact

Bienvenue

Pour être au courant des publications de nouveaux articles  sur ce blog, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter. Ne croyez pas qu'elles seront très nombreuses, le temps manque toujours, surtout pour rédiger. Et pourtant il y a tellement de choses à discuter. Et j'espère que nous pourrons trouver ici un espace d'échange convivial à propos de musique, et uniquement de musique...

Rechercher

Liens



Retrouvez mes ventes sur le forum de VS

Archives

2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 10:00
     Drudkh

Krov u nashykh Krynytsyakh (Blood in Our Wells)
Supernal Music, 2006

2006 vient de s'achever et le temps des bilans est venu (depuis un petit moment, d'ailleurs). Tout le monde y va de son avis, de son album marquant. Comme vous avez pu le lire sur VS, j'ai porté mon choix sur le saisissant quatrième album de Drudkh pour cette année révolue. Roman Saenko a frappé très fort en mars, très très fort. La baffe m'est restée en travers de la tête depuis ce temps et cet opus magistral de Drudkh a les honneurs de la platine chaque semaine.

Je ne reviendrai pas dans le détail sur cette sortie, tout le monde ayant pu y jeter une oreille, tout le monde ayant pu être frappé par la beauté froide du final de "When the Flame Turns to Ashes" ou le lancement furieux de "Solitude". Les mélodies de The Swan Road laissaient augurer une éclosion énorme et elle a bien eu lieu. Le blizzard glacial d'Ukraine emporte l'auditeur pendant 50 minutes, véritable tourbillon de haine contenue et de mélancolie. Drudkh porte longuement ses riffs uniques, pareils à nul autre groupe. Les thèmes évoluent lentement au fil de longs titres à l'atmosphère grandiose. Les enchaînements sont tout simplement fabuleux et limpides. Les riffs se suivent avec une logique et une beauté incomparables. Les guitares sont accompagnées par les hurlements déments de Saenko et un jeu de batterie impeccablement mis en place. La sobriété, et au final l'efficacité, de la composition donne à cet opus toute sa superbe. Et c'est ce qui fait toute la grandeur de cet album et qui nous téléporte dans des paysages enneigés où le silence s'impose.

La production signée Audio Alchemia, ZE studio de Kharkov, est un équilibre de son roots et de puissance tout à fait adéquat. L'écrin sonore de Blood in Our Wells vient compléter un tableau signé de main de maître. Rien n'est à jeter dans cet album, jusqu'aux intermèdes qui portent la marque de fabrique Saenko, des interludes qu'il n'a pas réussi avec autant de brio depuis les chants de Battlefields. Plutôt que nous lamenter sur la mauvaise qualité de Songs of Grief and Solitude, je vous propose de ne retenir que le meilleur de Drudkh, cette perle de black atmo. Blood in Our Wells va longtemps subir les outrages du laser, en rêvant d'un prochain album tout aussi bon.

Supernal Music vend une édition limitée en boîtier DVD avec un artwork complété. Cette offre est uniquement disponible sur le site du label.


Tracklist (50:04)
1 - Nav' (2:04)
2 - Furrows of Gods (8:57)
3 - When the Flame Turns to Ashes (10:37)
4 - Solitude (12:24)
5 - Eternity (10:38)
6 - Ukrainian Insurgent Army (5:02)

Site web: http://www.supernalmusic.com/labels/supernal/drudkh.htm
Page MySpace d'un fan: http://www.myspace.com/drudkhfansite
Partager cet article
Repost0

commentaires

Targhost 16/01/2007 12:01

J'ai récemment découvert cet album....inutile de vous préciser la teneur du choc qui en a découlé. Quelle grandeur dans ces compositions exhalant la froideur du climat Ukrainien, quelle magie dans ces atmosphères glaciales et épiques, quelle puissance dans ces riffs dantesques, hommages aux glorieuses épopées d'un autre temps...Et cette mélancolie quasi palpable empreinte dans chacune de ces odes lancinantes...
Je ne suis pas un grand spécialiste du métal noir mais je m'y intéresse de plus en plus, et Drudkh est à coup sûr l'une des formations responsables de mon coming-out tardif ! Ouille !

nepenthes 08/01/2007 12:09

Un bien bel album que ce 4e album de DRUDKH !
Je suis un poil moins enthousiaste que PdL concernant les "intermédes", mais enfin, ils sont finalement assez minoritaires sur l'album, et ne me gâchent absolument pas le plaisir...
Encore un excellent album de ce cru 2006 qui m'a paru spécialement bon ;-)

Prince de Lu 08/01/2007 11:24

Je viens de recevoir l'édition DeLuxe, uniquement disponible pour 18,50 euros sur le site de Supernal Music.Au final, il s'agit d'un boîtier plus grand (Super Jeweb Box, de la taille d'un boîtier de jeu console) qui contient un livret plus grand. Du coup, l'artwork est plus grand, si vous m'avez bien suivi.Aucune plus-value musicale sur cette édition numotée et limitée à 1000 exemplaires. C'est un pur objet de collection.

Hoover 04/01/2007 22:48

Très juste cette chro, sans flatterie une des plus justes que j\\\'aie lue de toi. Le terme de "haine contenue" est très juste. J\\\'étais pas très en phase en la lisant le premier coup sans la musique, ne voyant pas tellement le côté haineux de l\\\'affaire, mais à la réécoute force est de constater que c\\\'est bien trouvé.Sinon tu as tout dit.  La beauté de "When the flame...", ces intermèdes somptueux, la sobriété (cet album est plus une synthèse des efforts précédents qu\\\'un album génial en rupture avec le reste de leur discographie, en ce sens il peut décevoir ceux qui s\\\'attendent à plus). Un postulant très crédible au titre de meilleur album de 2006 à mon avis.Par ailleurs, et sans être un spécialiste de la question, je trouve que le CD est sorti à un bon moment, où pas mal de groupes allaient vers une direction similaire: je pense à des groupes comme Agalloch ou Isis dans un genre différent. Des chansons travaillées, lancinantes, avec des passages qui ressemblent à des déferlements (je n\\\'avais pas ressenti une impression vers les 7\\\'  de When the flame depuis le The beginning and the end de Isis (sur Oceanic). Au fond les intermèdes et la voix, c\\\'est ce qui distingue Drudkh de ces groupes dans ce magma et le retient dans le black. C\\\'est aussi pour moi ce qui fait que cet album est une tête au dessus de la concurrence.

mydrin 03/01/2007 20:08

je vais me faire tuer, j'ai moyennement aimé,  j'ai revendu l'album :-)

Articles Récents