Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog du Gâteau Se©
  • : Le Blog du Gâteau Se© résume toutes les parutions que j'ai pu commettre sous le pseudonyme de Prince de Lu. Des liens vers mes chroniques, live reports, interviews.
  • Contact

Bienvenue

Pour être au courant des publications de nouveaux articles  sur ce blog, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter. Ne croyez pas qu'elles seront très nombreuses, le temps manque toujours, surtout pour rédiger. Et pourtant il y a tellement de choses à discuter. Et j'espère que nous pourrons trouver ici un espace d'échange convivial à propos de musique, et uniquement de musique...

Rechercher

Liens



Retrouvez mes ventes sur le forum de VS

Archives

11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 12:07

Kruk
Endkampf
Possession Productions, 2008



Qui l'eut Kruk, il n'est pas forcément aisé de dégoter le premier album des Biélorusses. Bon, faut dire que les sorties Possession ne jouissent pas encore d'une grosse distrib (vous connaissez Aphoom Zhah?). C'est pour ça que je vais épargner au lectorat de VS la frustration de ne pas mettre les paluches sur cette galette sortie en mai 2008 (ouais, j'ai un peu galéré aussi). Malgré le fait que le nom de Kruk circule depuis quelques années dans l'UG, Endkampf n'est que leur premier album. Et également le dernier, puisque le combat final du corbeau porte fort bien son nom et que le duo de Mogilev a depuis splitté.

Ma rencontre avec Kruk date d'une époque qui m'échappe dans ces récentes années, un de ces moments où l'œil est attiré sur une distro par les couleurs dégueulasses du digipack de Drowned in a Swampheart of Evrope. Dégoulinant est le terme qui convient le mieux à cette compilation des deux démos du projet, sorties en 1997 et 1998. Et Endkampf est la première réalisation des Slaves depuis ces deux méfaits, dix ans plus tôt. Ouch.

Kruk ne révolutionne rien et n'entend rien révolutionner. Le duo aligne les tremolos sur fond de pouca-pouca pendant quasiment 35 minutes. Et pourtant, cet album m'attire comme un papillon de nuit par un lampadaire. La linéarité des compos est troublée par quelques passages plombés recélant des riffs qui sentent bon le bûcheron biélorusse et par quelques interventions de sonorités exotiques (chants ou mélodies slaves). Le passage central de "Dzien Vyniszczenja" est tout simplement excellent, se basant sur un riff dansant avant de replonger dans la rudesse du blast (dont on peut regretter la BAR un peu austère). Le plus lourd "Znjajar" rappellera Khors aux amateurs. Les notes pincées d'un instrument russkof viennent donner un air de poésie à l'intro de "Navsegda", entre les riffs plus rock à la Darkthrone de "Mjortvy" et ceux plus mélodiques à la Absurd du reste du titre.
On retrouve le même instrument, déjà employé par Drudkh, dans l'épilogue, avec une âme slave présente d'un bout à l'autre de l'opus.

Sans verser dans le pagan, Kruk donne avec ces quelques variations une coloration à son album qui est fort bien complétée par les illustrations de contes horrifiques pour enfants du livret. N'espérez aucune révolution russe, juste de la noirceur issue du plus profond des steppes. Kruk est un enfant du marais, être difforme né dans les boues d'une centrale nucléaire. Dommage que le duo s'arrête à cette expérience, car il aurait probablement pu offrir davantage. En attendant, Endkampf est un album dont la simplicité apparente cède la place à un envoûtement au fil des écoutes. Un ouvrage fort à mon goût.

Tracklist (35:04)
1 – Ahvjaravannie (2:36)
2 - Tajamnicy Balotnaj Biezdani (4:07)
3 - Dzien Vyniszczennja (3:38)
4 – Znjajar (4:47)
5 - Na Zolku Pahavalnaj Mroi (4:27)
6 – Mjortvy (3:10)
7 – Navsegda (5:45)
8 - Tanec Mertvogo Pod Senju Oseni (6:34)


Pas de MySpace. Pas de site. Vous vous croyez où, là?
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents