Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog du Gâteau Se©
  • : Le Blog du Gâteau Se© résume toutes les parutions que j'ai pu commettre sous le pseudonyme de Prince de Lu. Des liens vers mes chroniques, live reports, interviews.
  • Contact

Bienvenue

Pour être au courant des publications de nouveaux articles  sur ce blog, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter. Ne croyez pas qu'elles seront très nombreuses, le temps manque toujours, surtout pour rédiger. Et pourtant il y a tellement de choses à discuter. Et j'espère que nous pourrons trouver ici un espace d'échange convivial à propos de musique, et uniquement de musique...

Rechercher

Liens



Retrouvez mes ventes sur le forum de VS

Archives

31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 23:13

Aujourd'hui, je me suis ré-écouté le split Viter/Kings & Beggars. Je n'aurais pas dû.

Forcément, ça remue des souvenirs.

 

Cela me renvoie quelques années en arrière, lors de la découverte du Cry to me, River... de Kroda. C'était quelque chose vers 2005, alors que les pays de l'Est étaient de plus en plus à l'honneur. Avec Kroda, la boite de Pandore était ouverte ; l'accès à un black/pagan mélodique à en mourir. Certes, le son était relativement dépouillé et la BAR n'a jamais crevé les tympans par sa magnificence. Mais qui écoutait Kroda pour la puissance du son ? Tout le monde voulait trouver ce mélange d'agressivité slave, de mélodies déroulées en trémolo et d'interventions d'instruments folkloriques qui en faisait un summum de la scène ukrainienne de bon goût. Je déconne, hein. Évidemment, il y avait déjà d'autres calibres ukrainiens qui envahissaient l'Europe dans des genres différents (Hate Forest ou Drudkh, en tête de gondole. Et encore je néglige ici Nokturnal Mortum connu depuis des années). M'enfin, voilà, Kroda avait trouvé sa niche musicale, et le groupe m'a fait rêver à coups de flûtiaux pendant un bon moment. Le duo derrière Kroda m'a culbuté au travers de Cry to me, River..., Towards the Firmaments Verge of Life... ou Fimbulwinter, ainsi qu'avec ses deux splits où il a écrasé de sa toute-puissance Oprich et Velimor. P'tain, rien que sur le split avec Velimor, les deux titres enchaînés "The Arrow" et la reprise de Burzum "Jesu Død" pilonnent les trois-quarts de la production actuelle dans le genre.

 


Alors quel tristesse de constater où en est rendu le duo aujourd'hui. Séparé en 2010, après des sorties plus anecdotiques post-Fimbulwinter (2007 déjà), le duo a vogué séparément. Eisenslav a poursuivi seul Kroda, faisait paraître Schwarzpfad en 2011. Désolé, mais malgré la volonté des fans de vouloir trouver le grand Kroda dans cet album, je n'en vois que l'ombre. Les mélodies létales sont parties avec Viterzgir et le compte n'y est pas pour moi. L'album vise surtout l'efficacité et l'équilibre avec la sensibilité mélodique est rompu.

 

Et côté Viterzgir, ce dernier est parti fonder Viter, projet de folk metal. Le split Viter/Kings & Beggars laissaient augurer du bon. Le titre "Diva Ruzha" présentait à nouveau les sonorités folk de Kroda et des mélodies imparables. Un titre de chauffe, un peu guimauve mais on pouvait y croire pour la suite. Et Viter s'est ensuite enfoncé dans une sorte de folk/pop à gerber. Rien que l'écoute des extraits des singles suivants sur SoundClound devrait vous donner envie de tabasser votre écran avec vos pantoufles. A gerber, que je vous dis.

 

Entre le peut-être trop martial Eisenslav et le nouveau et mystérieux Viterzgir (ci-dessus),

lequel emmènerez-vous en vacances ?

 

On sent mal les deux anciens comparses se rabibocher tellement leurs voies semblent différentes aujourd'hui. Il ne reste plus que les anciens albums de Kroda pour pleurer. Nous toucher était leur but premier, mais ils n'avaient certainement pas été conçus dans ce sens-là. Chienne de vie...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents